Publication


Régnier-Loilier, A. and Vignoli, D.
Enfant unique ou famille nombreuse: qui s’écarte de la norme des deux enfants? Comparaison des souhaits de fécondité en France et en Italie
Revue des sciences sociales, 2009
JabRef BibTex, Abstract
L’Italie et la France représentent aujourd’hui deux extrêmes opposés en termes de fécondité : l’Italie compte à peine plus de 1,3 enfant par femme alors que la France détient le record en Europe avec en moyenne 2 enfants par femme. La confrontation des calendriers de fécondité à partir de données quantitatives (enquêtes GGS) montre cependant que l’évolution est récente : elle se caractérise par un retard de l’entrée en parentalité et,à terme, par une proportion croissante d’Italiennes restant sans enfant. Pour autant, ces changements ne semblent pas s’être accompagnés d’un moindre désir d’enfants en Italie : la norme de la famille à deux enfants reste dominante dans les deux pays. En outre, les caractéristiques des femmes qui s’éloignent de cette « norme » (en ne désirant qu’un seul enfant ou, au contraire, en souhaitant constituer une famille nombreuse) sont très proches. L’explication des écarts de fécondité entre les deux pays ne tient donc pas à des modèles de fécondité désirée différents mais à d’autres facteurs.

Reference


@article{Regnier-Loilier2009af,
  author = {Régnier-Loilier, A. and Vignoli, D.},
  title = {Enfant unique ou famille nombreuse: qui s’écarte de la norme des deux enfants? Comparaison des souhaits de fécondité en France et en Italie},
  year = {2009},
  journal = {Revue des sciences sociales},
  volume = {41},
  pages = {16-29},
  timestamp = {28.09.2011},
  owner = {Joklova},
  language = {French},
  abstract = {L’Italie et la France représentent aujourd’hui deux extrêmes opposés en termes de fécondité : l’Italie compte à peine plus de 1,3 enfant par femme alors que la France détient le record en Europe avec en moyenne 2 enfants par femme. La confrontation des calendriers de fécondité à partir de données quantitatives (enquêtes GGS) montre cependant que l’évolution est récente : elle se caractérise par un retard de l’entrée en parentalité et,à terme, par une proportion croissante d’Italiennes restant sans enfant. Pour autant, ces changements ne semblent pas s’être accompagnés d’un moindre désir d’enfants en Italie : la norme de la famille à deux enfants reste dominante dans les deux pays. En outre, les caractéristiques des femmes qui s’éloignent de cette « norme » (en ne désirant qu’un seul enfant ou, au contraire, en souhaitant constituer une famille nombreuse) sont très proches. L’explication des écarts de fécondité entre les deux pays ne tient donc pas à des modèles de fécondité désirée différents mais à d’autres facteurs.}
}

Subscribe to our Mailing List!

Fill the form below with your contact information to receive our bi-monthly GGP at a glance newsletter.